Droit Constitutionnel 1
Bibliographie : DROIT CONSTITUTIONNEL Francis HAMON Michel TROPER 40e édition 2019 INSTITUTIONS POLITIQUES ET DROIT CONSTITUTIONNEL Bertrand MATHIEU Philippe ARDANT 30
e
 Edition aout 2018 Julien Boudon MANUEL DE DROIT CONSTITUTIONNEL LE DROIT CONSTITUIONNEL EN TABLEAUX Arnaud COUTANT
Le droit constitutionnel est fondé sur l’étude des constitutions cad des textes fondamentaux qui régissent l’organisation politique d’un Etat.
Afin de comprendre les principales dimensions de ce droit il faut poser une série de définitions ; Etat, constitution, droit constitutionnel,
s’intéresser à des termes constitutionnels spécifique
s et définir certaines grandes notions. Paragraphe 1
Le concept d’Etat
 
Juridiquement l’Etat se définie par 3 critère
s :
 
Son territoire
 
Sa population
 
L’autorité politique suprême qui le dirige, cette autorité possède la souveraineté, c’est un concept majeur en droit constitutionnel
 Pour le comprendre il faut préciser que ce concept à deux aspects distincts
: d’une par
t au niveau international un Etat dispose de la
souveraineté il ainsi s’engager en signant des traités des conventions avec d’autres Etats. D’autre part au niveau interne la souveraineté à
 
Droit Constitutionnel 1
un sens juridique précis. Le détenteur de la souveraineté, en démocratie le peuple à la compétence pour rédiger directement ou indirectement une
constitution, c’est ce texte qui fixe les compétences des différents organes de l’Etat un législatif un exécutif et
un judiciaire.
Cette compétence du peuple c’est la souverainet
é pour cette raison on définit la souveraineté interne comme étant la compétence de fixer la compétence Paragraphe 2 Le concept de constitution Elle peut être définie en utilisant 2 séries de distinctions
 
Constitution écrite et constitution coutumière
d’une part
 
 
Constitution et autre textes juridiques d’autres part
A- Constitution écrite & coutumière
Lorsqu’on examine les différents Etats du monde (près de 200)
 ils disposent
en principe d’une constitution écrite qui permet de présenter et d’organiser
 le fonctionnement politique. Une minorité
d’Etat fonctionne avec une constitution coutumière comme par
exemple le Royaume-
Uni et par l’une de ses entités l’
Angleterre. 1-La constitution écrite La forme la plus répandue France, USA, Italie, Espagne. Elle se
présente sous la forme d’un texte divisée en articles en section et en
parties, peut être précédée par un préambule ou une déclaration des droits, le contenu du texte est appelé dispositif, il détaille
l’organisation institutionnel. La première
 
constitution écrite d’un Etat
reconnu sur le plan international est la constitution fédérale américaine en 1787. En France elle date de 1791 et établissait un régime monarchique 2- La constitution coutumière
Dans cette forme l’organisation po de l’
Etat est le résultat de
l’Histoire, les institutions se sont formés peu à peu en établissement
des relations spécifiques au fil du temps (voir Angleterre). Son histoire constitutionnelle coutumière commence en 1215 avec la « GRANDE
 
Droit Constitutionnel 1
CHARTE
», s’en suivra pl
usieurs textes comme en 1689 le « BILL OF RIGHTS
», il ne s’agit pas reprendre l’organisation du pays. Ces textes règles des crises politiques. Dans une constitution coutumière il n’y a
pas de procédure de révision ni de modification. B- Constitution et autres textes juridiques internes
Par définition la constitution est le texte suprême d’un Etat, cela signifie qu’elle pose des principes que les autres textes doivent respecter. On a l’habitude de présenté les textes juridiques sous forme d’une pyramide.
 Voir Hans Kelsen avec au sommet la constitution en dessous les lois et enfin les règlements. Cette pyramide ou hiérarchie des normes implique une notion de conformité de bas en haut les règlements conforme aux lois qui sont conformes à la constitution, et les règlements doivent être conforme à la constitution. Des  juridictions sont chargés de vérifier cette conformité. Ce système permet de sécuriser les textes juridiques, il est adapté en fonction des Etat et des choix des gouvernants. Paragraphe 3 Le droit constitutionnel
Les constitutions font l’objet d’étude juridique, la matière juridique à
systématiquement deux dimensions, une textuelle et une  jurisprudentielle. A ce titre le droit constitutionnel repose sur un texte majeur et sur son interprétation par la jurisprudence, mais le droit
constitutionnel dispose d’un autre aspect très particulier
 : le rapport à
l’histoire
A- le droit des constitutions Le but du d
roit Constitutionnel est d’étudier les textes fondamentaux
des Etats pour en tirer les principaux concepts et les schémas de fonctionnement, on étudie donc des régimes différents, républicains ou monarchique, parlementaire ou présidentielle ; on étudie aussi des
 
Droit Constitutionnel 1
formes d’Etat
 ; Etat unitaire comme la France, Etat fédéral USA ; Etat régio
nal l’Espagne. Le but est d’identifier les types de régimes pour en
comprendre aussi la pratique B-
l’Histoire et les constitutions
 
Entre 1789 et aujourd’hui la France a connu une quinzaine de
constitutions de projets de constitution, durant la même période entre
1787 et aujourd’hui les USA ont connu 1 seule constitution. Si l’on évoque l’histoire constitutionnelle on pourrait dire qu’
en France le
droit constitutionnel ne commence qu’en 1958, pourtant lorsqu’on examine la constitution actuelle on constate qu’elle reprend la déclaration des droits de l’homme et du citoyen et le préambule 1789 de la constitution de ……. de 1946. La dimensi
on historique est indispensable pour comprendre comment nous interprétons ces
textes aujourd’hui. En revanche lorsque l’on analyse le texte américain le droit constitutionnel et l’histoire constitutionnelle se confondent, il faut étudier l’histoire constit
utionnelle américaine pour comprendre
le fonctionnement de ce texte aujourd’hui
. Paragraphe 4 Termes constitutionnels spécifiques En droit constitutionnel deux mots précis sont essentiels pour
comprendre certains concepts, il s’agit du mot
fonction et du mot organe. Un 3eme a en théorie un sens précis mais son usage pratique
peut conduire à des confusions c’est le mot
pouvoir. A- La fonction Elle désigne le
processus de création d’un acte en droit
, cet acte peut être une norme (la loi l constitution etc.) mais aussi une décision de  justice. Par conséquent on définit 4 fonctions en droit :
 
La fonction constituante
; elle renvoie à l’élaboration du texte suprême, il s’agit donc d’écrire une constitution, elle intervient
 
Droit Constitutionnel 1
donc à 2 moments
: au début d’un régime lors de l’écriture
initiale on parle de fonction constituante srcinaire, cette
fonction réapparait lorsque l’on veut réviser la constitution
 fonction constituante dérivée
 
La fonction législative
: il s’agit d’écrire et de valider la loi, elle
 se décompose en 3 étapes successives ; la présentation, la rédaction, et la validation
 
La fonction exécutive ou réglementaire : rédiger des règlements en principe ils servent à exécuter la loi donc mettre en place des éléments pratique pour la loi
 
La fonction judiciaire
: Il s’agit de protéger et de contrôler les
différentes normes dans leur application, cette fonction  judiciaire
conduit à la rédaction de jugements, d’arrêts ou de
décisions B-
L’organe
Désigne un acteur dans le cadre des fonctions juridiques, il est identifié
par l’action qu’il mène à titre principal par exemple l’organe législatif est l’acteur qui
a reçu à titre principal la compétence pour intervenir dans la fonction législative ; exemple concret ; en France actuellement bicaméral es
t l’organe législatif. C’est en effet cet organe qui discute et qui vote les lois, mais il faut insister sur l’expression à titre principal. Dans la fonction législatif l’organe principale est l’organe législatif mais il y a aussi d’autres organes comme l’
organe exécutif ; en France il est
double un président et un premier ministre l’organe exécutif (le gouvernement) peut déposer des projets de loi, de plus une loi n’entre
en application que si elle a été promulguée par le président. C- Le mot pouvoir Souvent utilisé, signification précise en droit (donné la compétence à
quelqu’un) il est synonymes de compétence
, concrètement cela
signifie que l’organe législatif a obtenu le pouvoir législatif cad la
compétence pour intervenir dans la fonction législati
ve. L’approche usuel peut conduire à des confusions puisqu’on va parfois utilisé le
mot pouvoir à la place du mot organe. Cette confusion doit être
of 9